La Dette: de la bouche de Michel Rocard…

Quand Michel Rocard dévoile le pot aux roses…

Source: Boulevard Voltaire – Adrien Abauzit

Fin décembre, au micro d’Europe 1, dans l’émission « Médiapolis », Michel Rocard fut l’auteur de déclarations on ne peut plus intéressantes qui, malheureusement, ne furent pas l’objet de reprises dans les autres médias.

Le propos de Michel Rocard est le suivant : la réforme de la Banque de France de 1973 a interdit que celle-ci prête à l’État à taux zéro. L’État est donc allé emprunter avec intérêt sur les marchés privés. Si nous en étions restés au système précédant, qui permettait, répétons-le, à la Banque de France de prêter à l’État à taux zéro, notre dette serait de 16 ou 17 % du PIB, soit bénigne. (…)

La suite ici:

http://www.bvoltaire.fr/adrienabauzit/quand-michel-rocard-devoile-le-pot-aux-roses,7498

Image de prévisualisation YouTube


Film a voir absolument: « Bamako » de Abderrahmane Sissako

Film a voir absolument: « Bamako » fait partie de ces films essentiels qui vous bouleversent par leur vérité,  leur justesse. Mali, entre plaidoirie  contre le FMI/la mondialisation, dénonçant le constat accablant et assassin (tant matériel qu’identitaire) de la dette, et scènes de vie quotidiennes, ce film montre une réalité terrible et absurde que l’on a bien souvent du mal a voir, reconnaitre et considérer. Elle est pourtant devant nos yeux, et le trait n’est pas grossi…

Ce film explique la situation actuelle au Mali: les otages, Areva, l’exploitation ou plutôt le dépouillement, le vol des mines d’uranium… Ces conflits sont les conséquences naturelles du néolibéralisme  et du néocolonialisme occidental.

La France devrait avoir honte et reconnaitre sa responsabilité en s’excusant mille fois. Et ce afin de retrouver, MAIS SURTOUT de rendre, un peu de dignité… Au  lieu de ça, Hollande parle d’une intervention militaire.

 

Extraits:

http://www.dailymotion.com/video/x7jn1m http://www.dailymotion.com/video/x2c1i6 http://www.dailymotion.com/video/x7jmmq Image de prévisualisation YouTube


Pr Henri Joyeux – conférence sur le cancer

Henri Joyeux

Professeur de cancérologie et de chirurgie digestive à la Faculté de Médecine de Montpellier.

Spécialiste en nutrition, alimentation et cancer.

Président depuis le 7 avril 2001 du Mouvement « Familles de France » (libre de toute confession, politique, syndicat ou idéologie).

http://www.dailymotion.com/video/xqkw7y


Europe: Prix Nobel de la PaiE

Image de prévisualisation YouTube

Toute la biographie de François Asselineau, fondateur et président de l’UPR ici:

http://www.francoisasselineau.fr/p/biographie.html



« Nous sommes tous des Gays français ! »

Mon café en main ce matin, je commence mon tour d’horizon des « news » comme chaque jour. Au programme aujourd’hui: déferlante pro-mariage gay dans toute la France! Toutes les villes voient des manifs s’organiser et des milliers de personnes sont dans les rues! je regarde vite par ma fenêtre, on ne sait jamais, peut-être suis-je en train d’en rater une en bas de chez moi. Merde, ça serait trop con… Les sondages sont au beau fixe! ifop: 60% de oui! On assiste a une incroyable prise de position active des citoyens, diffusée très très modestement par  les médias. Quel beau combat, l’égalité… celle de la vraie France… la France de minuscules groupes représentatifs, mais O combien puissants, politisés et bien organisés et qui font le jeu du pouvoir. Un vrai « régal des vermines » comme dirait l’autre…

En déformant légèrement les mots de Hollande lors la commémoration à Toulouse, en charmante compagnie d’ailleurs du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, de la mémoire des victimes (juives seulement, les autres non…pas besoin…) de Mohamed Merah, la phrase du jour est bien:

  » Nous sommes tous des Gays français ! « 

Il y a une nuance des plus significatives a intégrer en amont: Gay et homosexuel ne sont pas synonymes. Le second étant seulement une condition du 1er (ou du moins le devrait…). Car le mouvement gay n’est rien d’autre qu’une pseudo-culture communautariste, visant a institutionnaliser une sexualité, des codes et modes de vie, qui sont « hors-cadres ». Dans le sens ou il ne représente qu’une infime minorité de personnes qui demandent au cadre juridique et institutionnel,  au droit civil, de s’adapter a eux. C’est simplement la laïcité inversée de celle proposée aux musulmans, qui doivent eux s’adapter a la République! Pour faire simple: autoriser la gay pride car cela relève du CULturel,  interdire la prière dans la rue car cela relève du religieux… Concernant le 2 poids 2 mesures,  voir vidéo en bas de page: l’humour restant toujours l’un des plus beaux moyens de contestation. Ces revendications ne devraient normalement pas constituer un tel objet de représentation sociétale, et encore moins de débat, dont le fonds est la légitimité d’une redéfinition du droit et donc des mots. Il apparait aujourd’hui de plus en plus commun et préférable d’institutionnaliser des paradoxes, des aberrations, plutôt que de maintenir et faire respecter des cadres établis sur des définitions, des fondements, des fondations traditionnels.

Pseudo-culture? évidemment! j’irai même plus loin: pseudo-culture dégénérative!  la culture gay, c’est quoi? de quoi se revendique-t-elle? de beaucoup dans la forme et de rien dans le fonds. En fait, elle ne repose sur rien, elle  n’existe  pas. Certains parleront de gout, de  créativité, de sensibilité artistique particulière. Du vent… qui ne correspondrait qu’a 3 choses: le célibat financier,  la féminisation de la société, l’explosion des divertissements. Cette pseudo-culture est sans fondements. Encore moins homosexuels. Elle correspond seulement a l’un des maux de notre temps: la dictature de l’apparence  (apparence signifiant a la fois « aspect d’une chose » et « simulacre »). L’homosexualité ne peux pas par essence être incarner dans une forme de représentation culturelle ou politique car elle est au-delà. Elle touche le champs de l’intime, de l’individualité, de la différence. Elle ne peut donc pas être homogénéisée. Qu’on ne vienne pas m’expliquer par exemple que les œuvres artistiques d’hommes et de femmes homosexuels célèbres cautionneraient et légitimeraient l’existence d’une sensibilité gay ou d’un art gay tout particulier.  L’orientation sexuelle aura certes une influence sur la forme mais non sur le fonds, car l’art (le vrai) comme la vie relèvent du champs du sacré. Il ne faut pas confondre la pulsion sexuelle créatrice avec la tendance. La création artistique n’est nullement liée au matériel, au visible, au vulgaire, et n’est de ce fait, absolument pas assimilable a la culture. Elle en est même aux antipodes et ne saurait donc être utilisée comme faire valoir ou « au nom » d’un quelconque mode de vie. Je n’irai pas sur le terrain trop facile de la Gay Pride, exacerbation et summum de la vulgarité et de la décadence débile et débilisante, aux noms O combien assassinés et vidés de sens de « liberté » et « égalité ». La fraternité étant aussi particulièrement gâtée… Non, je n’irai pas sur ce terrain la car je ne veux pas que le fonds de mon point de vue soit dénaturé par une quelconque accusation de généralisation et d’amalgame de l’ensemble des homosexuels, qui n est pas une communauté et ne l’a jamais été, avec ce type de manifestation « culturelle » et ceux qui y participent, devant comme derrière. Ces derniers n’étant d’ailleurs pas forcement homosexuels et bien souvent hétéropolitiques…

Ci-dessous l’étymologie du mot « Mariage », source Wikipedia, comme quoi je ne suis pas allé chercher bien loin:

Origine étymologique et notionnelle

En français, le nom mariage provient du verbe latin maritare, issu de maritus, qui dérive, d’après une explication traditionnelle , de mas / maris, le mâle. L’adjectif qui lui correspond « matrimonial », provient du substantif latin matrimonium, issu de mater, la mère et signifiant également mariage. L’usage du mot latin matrimonium dans les textes juridiques et théologiques a largement contribué en Europe à l’élaboration de la notion. Il n’a pas laissé de substantif en français moderne, mais reste néanmoins présent en italien et en espagnol, sous la forme de matrimonio. Dans les pays d’Europe occidentale dont les langues découlent du latin, le cadre lexical du mariage renvoie donc à une forme juridique par laquelle la femme se prépare à devenir mère par sa rencontre avec un homme.

A la lecture de ce paragraphe, il apparait que le mot Mariage a un sens particulier qui n’est pas adaptable a l’homosexualité. Accepter le mariage gay serait faire un contre-sens linguistique. Au nom de quoi justement, peut-on aujourd’hui bafouer, dénaturer le sens des mots en les vidant de leur substance, en les privant de leur définition, de leur nature propre? Privé de son fondement, le mariage  serait anéanti. Peut-on parler de crime, d’assassinat ? oui sans aucun doute. Au nom de quoi encore une fois? au nom du concept de Laïcité, qui est un véritable néant de valeurs, un chaos idéologique, un désordre, une confusion morale, éthique et politique. C’est un outil de pouvoir, une coquille vide sans visage et malléable a outrance en fonction des intérêts et des buts visés.

Aux homosexuels un message: Le mariage appartient aux hétérosexuels et les en exproprier constituerait une faute grave. N’adhérez pas. La reconnaissance passe par la différence et non pas par l’identification.

Concernant la parentalité, véritable enjeu et fonds du problème,  elle doit bien évidemment être partie intégrante au renoncement du mariage gay. Sujet bien trop vaste, je ne parlerai pas de la médecine et de nos apprentis sorciers qui jouent avec des choses qui les dépassent… Le futur enfant, adopté ou créé, a quand même un droit naturel que nous ne devrions pas pouvoir lui retirer, celui au moins de naitre, au mieux de grandir, dans un contexte familial normal, issu d’un père et d’une mère. C’est, ou plutôt c’était, le fondement même de la famille et de la filiation, qui ont aujourd’hui de plus en plus de peine a se reconnaitre. Et encore une fois, au nom de quoi?

 

http://www.dailymotion.com/video/xraq8h

 



Citation

 

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres »

ANTONIO GRAMSCI



Valls avec Bachir

Valls avec Bachir dans Affaires interieures 41_le_masque_tombe1
Il arrive que les masques tombent. Encore faut-il savoir ou et quand regarder. Ou: Radio Judaïca Strasbourg, quand: dans le passé, comme malheureusement trop souvent, en juin 2011. Manuel Valls, notre actuel Ministre de l’Intérieur, ne reçoit pas de leçon d’antisémitisme mais nous en donne une MAGISTRALE! Grinçant? oui, très.  Quand je pense a tous les musulmans qui on voté Hollande et PS… quelle tristesse… quelle politique de la confusion…  Valls s’échauffe, remue, dénonce dans une finalité électorale, et nous assistons a une véritable déclaration d’amour et de fidélité a  Israël en vue d’écarter l’amant de droite Sarkosy d’un futur électorat très influent… Mais cela va bien plus loin, il y est question de sa propre personne ou se mêlent ses convictions intimes, sa situation familiale, dans un lien sacralisé et inébranlable avec Israël. Cela explique sa fougue, que m’inspirerait celle d’un cocu éternel ou d’un prétendant de seconde classe. Ce qu’il est et restera d’ailleurs. Car n’oublions pas que Valls joue d’abord ses primaires PS, dont on se souvient tous le score…  Mr le Ministre nous dévoile ici son sinistre intérieur. « Merde! quand même! », a chacun d’apprécier…

VIDÉO ICI:

http://rutube.ru/video/5145de172d63d9f3a1bd84094a401961/#.UMuTH6wTSYx

 

CHANGEMENT DE TON A LA MOSQUÉE DE STRASBOURG EN SEPT 2012:

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 



Syrie: la Russie retournerait-elle sa veste? exemple de déformation désinformante

Sur ce qu’a dit Bogdanov…

Par Louis Denghien, le 13 décembre 2012 

Source: www.infosyrie.fr

Les propos du vice-ministre des Affaires étrangères russe Mikhaïl Bogdanov envisageant l’éventualité d’une victoire des rebelles ont incontestablement semé le trouble dans les rangs des défenseurs de la Syrie « telle qu’elle est ». Ces propos ont-ils été sollicités, mal traduits à dessein ? Pas exactement : dans la version anglaise de son intervention Bogdanov parle effectivement d’une perte croissante de contrôle du gouvernement syrien sur son territoire. En revanche, ils sont un rien tronqués, les médias occidentaux insistant sur ce qui les arrange. Bogdanov ajoute en effet : « La lutte va devenir de plus en plus intense et la Syrie va perdre des dizaines – peut-être des centaines – de milliers de civils« . Une perspective effrayante et, selon nous, catastrophiste, mais qui indique bien que pour le responsable russe, le combat ne fait en somme que commencer.

Remettre en perspective

Bogdanov conclut en s’adressant manifestement aux Occidentaux et autres appuis des rebelles : « Si un tel prix pour le renversement un président (Bachar) semble acceptable pour vous, que pouvons nous faire ? un tel prix est bien évidemment inacceptable pour nous« . Or si cette éventualité est « inacceptable » pour Moscou, il est raisonnable de penser que la direction  russe est résolue à prendre des mesures pour aider le pouvoir en place à réduire au maximum la menace d’une telle guerre, ce qui équivaut aussi à réduire les capacité des bades armées.

En tout cas cette interprétation « colle » avec les toutes dernières déclarations du supérieur de Bogdanov, Sergueï Lavrov, qui le 12 décembre a condamné la reconnaissance diplomatique par l’Occident de la « Coalition nationale » de Doha, contraire au communiqué final de Genève du 30 juin 2012 prévoyant un dialogue inter-syrien. Avec la déclaration du porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, qui a demandé, le 12, aux Occidentaux de condamner le massacre de dizaines d’Alaouites à Aqrab, près de Homs et a pointé le recours croissant de l’opposition au terrorisme, recours « inadmissible et dangereux« . Avec celle aussi du chef d’état-major de l’armée russe, le général Valeri Guerrasimov qui a réaffirmé jeudi que son pays était hostile à une intervention extérieure en Syrie et a reproché à l’OTAN – avec les responsables de laquelle il venait de s’entretenir – d’avoir déployé des missiles sol-air Patriot en Turquie.

Bref, il faut remettre la sortie tronquée de Bogdanov dans ce contexte, et cette constante diplomatique russe. Ce que se gardent bien de faire les désinformateurs habituels : on lit dans un article de l’AFP que la déclaration de Bogdanov pourrait s’expliquer par le fait que « Moscou est de plus en plus exaspéré par le refus de tout compromis de la part du régime« . Tiens donc ! Bachar n’a-t-il pas mis fin symboliquement à la suprématie constitutionnelle du Baas, n’a-t-il pas autorisé la création de partis menés par des opposants, raisonnables mais réels, ceux-là même que Mocou et Téhéran, alliés de Damas, reçoivent régulièrement ? Et le « refus de tout compromis » ne se trouve-t-il pas plutôt chez les radicaux couvés par l’Occident qui ne veulent qu’une capitulation sans condition de leur adversaire, et dont le chef vient d’ailleurs de plaider en faveur du Front al-Nosra, prolifération cancéreuse d’al-Qaïda en Syrie ?

Soyons sérieux, et quittons donc l’AFP : même s’il dit défendre en Syrie le principe de souveraineté et le dialogue (et non pas un dirigeant), Poutine n’a aucune intention de lâcher la Syrie, où vivent des dizaines de milliers de ses ressortissants. Croit-on vraiment que celui qui a sorti en quelques années son pays de la fange où l’avait laissé tomber Eltsine, qui a mis fin aux provocations made in USA des dirigeants ukrainiens et géorgiens, qui a resserré les liens avec la plupart des anciennes républiques soviétiques, celui qui, enfin, a très mal vécu la sanglante escroquerie morale de l’OTAN en Libye, celui qui a fait de son pays, aux côtés de la Chine, et à la faveur justement de la crise syrienne, la première force de résistance à l’impérialisme otanesque, oui croit-on vraiment que cet homme-là, qui a tant bâti sur la restauration de la puissance et de la crédibilité russes, va se résoudre à une fuite honteuse de ses ressortissants et militaires se Tartous, sur le « modèle » des Américains à Saïgon en 1975 ? Non, nous ne le croyons pas une seconde. Poutine, à l’évidence, serait gravement déstabilisé par une telle perte de prestige, qui donnerait en outre de nouvelles idées aux barbus de Tchétchénie et du Caucase. Et du reste, les fournitures militaires russes n’ont pas cessé à ce jour. Mais l’aide russe demeure discrète, pour des raisons qui tiennent au profil diplomatique choisi par l’équipe Poutine : celui d’une grande puissance raisonnable et garante de la paix, et opposée à l’aventurisme belliqueux des Occidentaux.

Et puis enfin Poutine n’a pas de remplaçant crédible à Bachar al-Assad. Dont le départ entraînerait l’effondrement de l’État. Tout simplement…

Au fait, sur le terrain…

Revenons à Bogdanov et son analyse de la situation militaire. Elle nous parait faite sous influence subliminale de la propagande OSDH/OTAN. Il n’est pas toujours facile de savoir ce qui se passe exactement sur le terrain en Syrie, deux propagandes s’affrontant. Mais on peut faire des déductions « en creux », à partir ce ce que ne dit pas, ou dit plus, l’OSDH et les sources « militantes et militaires » des insurgés. Alors là, force est de constater que l’on ne parle plus beaucoup, ces derniers jours, de la « deuxième bataille de Damas » entamée fin novembre par les rebelles : apparemment, la prise de la capitale est remise aux calendes syriennes ; on ne parle pas beaucoup non plus, depuis des semaines, de la bataille d’Alep, où visiblement les insurgés ne progressent plus puisqu’ils n’ont plus de noms de quartiers conquis à claironner, alors que l’OSDH magnifie d’ordinaire la prise du moindre village par l’ASL. Pas loin d’Alep, on est sans nouvelles aussi de la bataille de Maarat al-Numan, pourtant « must militaire » de la rentrée côté rebelle. L’OSDH parle de combats à Deir-Ezzor, ou dans la province d’Idleb, mais cela prouve justement que l’armée arabe syrienne s’y bat. On n’a guère d’échos de combats sérieux à Homs et al-Qusayr, naguère places fortes de l’insurrection régulièrement citées par rami Abdel Rahamane (M. OSDH) dan ses compte-rendus quotidiens. Quant à la descente des insurgés, depuis les montagnes du nord-est, vers Lattaquié, elle est elle aussi remise sine die.

Et depuis un mois au moins, les combattants kurdes ont clairement désigné leur ennemi prioritaire : l’ASL et les bandes djihadistes: ce nouveau front ouvert sur la frontière turque est une difficulté supplémentaire et très sérieuse pour la rébellion.

Tout ceci pour dire que la situation est sérieuse en Syrie, avec notamment le problème de la perte globale de contrôle de cette zone frontalière turque, au moins dans le secteur Alep/Idleb, et des bandes continuant d’entretenir l’insécurité autour de Damas. Mais elle nous parait stabilisée. Et le politique influe sur le militaire : ce n’est pas avec des Fous de Dieu-repoussoirs que les Occidentaux feront tomber la Syrie. M. Bogdanov a été sans doute maladroit, mais ni Poutine ni Lavrov ne le sont, eux.

 

Article:

http://www.infosyrie.fr/actualite/sur-ce-qua-dit-bogdanov/



Comprendre la dette publique

Vidéo d’intérêt public, c’est le cas de le dire…

http://www.dailymotion.com/video/xlj0b8


Le très perspicace Louis Even sur la tragique et criminelle absurdité de la dette publique et du systeme financier

Louis Even (23 mars 1885 – 27 septembre 1974) était un philosophe et un religieux canadien. Il est principalement connu pour avoir introduit le crédit social au Canada français. Il est l’un des fondateurs des  Pèlerins de Saint-Michel, les bérets blancs.

Définition du crédit social, dividende universel, dividende social ou encore le dividende monétaire:

« Le Crédit Social est une doctrine, un ensemble de principes énoncés pour la première fois par le major et ingénieur C.-H. Douglas, en 1918. La mise en application de ces principes ferait l’organisme économique et social atteindre efficacement sa fin propre, qui est le service des besoins humains. »

Suite de l’article de Louis Even: http://www.michaeljournal.org/vraics1.htm.

Autres articles: http://www.michaeljournal.org/articlvd.htm

Et maintenant retour 50 ans en arrière, en 1962, et place a la clarté, au bon sens et a la lucidité de Monsieur Even , dont le nom aurait parfaitement pu s’écrire « Heaven »…

http://www.dailymotion.com/video/xp7rdo

Autres vidéos de Louis Even:

http://www.michaeljournal.org/filmsWMV.htm



123

Politica |
Debout La République 21 |
Justforenglish |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jiljadidbejaia
| Journallemilitant
| Piouzelzok2013